Glossaire des thèmes marins (1er partie)

Le glossaire des mots marin

Que l’on navigue sur un voilier ou un bateau à moteur, il est préférable de connaître le langage « marin ». Celui-ci permet de faciliter la communication entre l’équipage.Chaque élément a un nom qui lui est propre, selon son emplacement et sa fonction, c’est ainsi que l’ordre donné puisse être rapidement exécuté sans interprétation possible.

Faut-il savoir ce qu’est un « bout », une « amarre », un « chaumard » ou un « taquet » etc !

Pour commencer, explorons les termes valables pour toute embarcation (première partie de A à D).

 

A

Abattre : écarter sa route du lit du vent. Ce mouvement s’appelle une abattée

 

Abordage :Manœuvre involontaire de deux bateaux se percutant ou se heurtant, pour une raison quelconque (manœuvre ratée, absence de veille, manque de maîtrise), ou heurt entre tous engins flottants mobiles.Autrefois, manœuvre de guerre consistant à s’amarrer bord à bord avec un vaisseau ennemi au moyen de grappins d’abordage, pour tenter de le prendre d’assaut.

 

Abri :Lieu protégé du vent et des vagues par un obstacle, en général naturel.Peut également désigner l’obstacle lui-même : une digue est un abri.

 

Accalmie :Amélioration brève des conditions de vent et de mer.

 

Accastillage : accessoires utiles à la manœuvre qui équipent une embarcation. Même la dame de nage d’une barque de pêche est un élément d’accastillage.

 

Accore : se dit d’une cote escarpée dominant une mer profonde. Bord d’un récif ou d une roche

 

Accoster : quand on veut se « stationner », c’est le fait de placer son embarcation le long du quai ou d’une autre embarcation.

 

Adonner : le vent adonne pour un navire à voiles quand il tourne dans un sens favorable à la marche, c’est à dire vent arrière

 

Affaler : faire descendre, c est le contraire de haler

 

Ajut : nœud servant à réunir momentanément deux bots de cordage

 

Allure : direction d’un navire par rapport à celle du vent

 

Amarrage :action d amarrer( matelotage) bout de lusin, merlin

 

Amarre : chaînes ou cordage servant à tenir le navire le long d’un quai

 

Amariner: un équipage s’amarine quand il s’habitue aux mouvements de la mer.

 

Amarrer :action consistant à s’attacher avec des amarres au quai ou à un autre bateau.

 

Amer :un amer est un point de repère remarquable sur la côte (par exemple un clocher, un château d’eau… mais pas un arbre !

 

Armement: armer une embarcation consiste à la munir de tout ce qui est nécessaire à son genre de navigation et à la sécurité de son équipage (rames, gilets, fusées, miroir etc). Ainsi sur un semi-rigide, l’armement est souvent dans un bidon étanche que l’on prend avec soi et avec lequel on équipe le bateau avant chaque départ.

 

Amener : abaisser, faire descendre

 

Amur : manœuvre qui retient le point inférieur d’une voile du coté d’ou vient le vent

 

Apparaux : ensemble des objets formant l’équipement du bateau

 

Appareiller :quitter le port, larguer les amarres, prendre la mer. Au contraire quand on arrive sur une plage en kayak ou dans un port en bateau, on dit qu’on « atterrit ».

 

Ardent : un bateau est ardent lorsqu il tend de lui même à se rapprocher du lit du vent

 

Arrimage : répartition convenable dans le navire de tous les objets composant son armement et sa cargaison.

 

Arrondir : passer au large d’un cap pour éviter les dangers qui débardent

 

Assiette: l’assiette est la manière dont le navire est « assis » dans l’eau, autrement dit sa situation par rapport à la différence de ses tirants d’eau avant et arrière. Assiette positive T AV < T AR – Assiette négative T AV > T AR. On y fait particulièrement attention sur les petites embarcations… et les bateaux de course.

 

Aulofee : mouvement d’un navire tournant son avant vers le lit du vent

 

Avitailler: préparer un navire avant son appareillage et notamment charger les vivres c’est dire la nourriture, les boissons, les produits d’entretien, le matériel etc

B

Bâbord : partie du navire située à gauche d’un observateur placé dans l’axe de l’embarcation et faisant face à l’avant. Bref, c’est à gauche de l’axe avant-arrière de l’embarcation.

 

Ballon : défense sphérique que l’on met le long du bord

 

Bande (ou gîte): Inclinaison latérale de l’embarcation, qui doit être maîtrisée…

 

Barbotin : couronne à empreintes du guindeau ou du cabestan sur laquelle les maillons d’une chaine viennent s’engrener succesivement

 

Barre :organe de commande du gouvernail, sur n’importe quel type d’embarcation. Selon la taille elle est « franche » car en prise directe avec le gouvernail ou « à roue » car sous forme de roue et reliée au gouvernail par l’intermédiaire de drosses…

 

bastaque : hauban à itague employé sur les petits bateaux, il peut également servir à hisser certains objets

 

Bastingage : autrefois muraille en bois ou en fer régnant autour du pont supérieur d’un navire. A ce jour, on emploie ce terme pour désigner les gardes corps ou lisses de pavois.

 

Berne : mettre son pavillon à mi-drisse en signe de deuil

 

Bittes : pièces de bois ou d’acier fixées verticalement sur un pont ou un quai et servant à tourner les aussières

 

Bitture : partie d’une chaîne élongée sur le pont à l’avant et à l’arrière du guindeau, filant librement de l’écubier aussitôt que l’on fait tomber l’ancre.

 

Bollard : point d amarrage à terre ( avant c’était des vieux canons)

 

Bout : le bout désigne tout type de cordage, de ficelle, de corde… A bord toutes les écoutes, drisses, amarres etc sont des bouts (sauf pour la corde de la cloche qui rythme la vie des vieux gréements).

 

Brasse : mesure de longueur de cordage (1,83m) servant aussi à indiquer la profondeur de l’eau

 

Brasser : orienter les vergues au moyen des manœuvres appeler bras

 

Brider : étrangler, rapprocher plusieurs cordage tendus parallèlement par plusieurs tours d’un autre cordage qui les serre en leur milieu, ou augment ainsi leur tension

 

Bulbe : renflement de la partie inférieure des étraves.

C

Cabaner: action de l’embarcation qui consiste à chavirer sans dessus dessous.

 

Cabestan : treuil vertical servant à actionner mécaniquement ou à bras les barbotins

 

Câblot: petit câble ou amarre de plusieurs dizaines de mètres de longueur servant à mouiller les embarcations au moyen d’un grappin ou d’une petite ancre.

 

Cabotage: navigation entre deux ports d’une même côte ou d’un même pays.

 

Cadènes : pièces métalliques fixées à la coque pour servir de point d’attache aux haubans

 

Caillebotis : treillis en bois ou plastique servant de parquet et laissant écouler l’eau

 

Cape : on dit qu’un navire est à la cape quand, par gros temps, il réduit sa voilure ou diminue sa vitesse de ses moteurs

 

Capeler : capeler un mat, c’est faire embrasser la tête du mat par toutes les manœuvres dormantes qui doivent entourer cette t^te et s’y trouver réunis

 

Carène : partie immergée de la coque d’un bateau

 

Caréner :nettoyer et peindre la carène, qui est la partie immergée de la coque.

 

Chasser: chasser sur son ancre, ou « déraper », c’est quand le bateau n’est plus tenu par son ancre, qui a mal accroché sur le fond, et qu’il part à la dérive.

 

Chatte : grappin à pattes sans oreilles dont on se sert pour draguer les cables ou les objets tombés à la mer

 

Chaumard: pièce de guidage des amarres, solidement fixée sur le pont et dont les formes arrondies évitent d’user ou de couper les amarres.

 

Choquer : filer ou lâcher un peu d’un cordage soumis à une tension

 

Claire : ancre entièrement sortie de l’eau, ni surpéttée, ni surjalée

 

Clapot : petites vagues nombreuses et serrées qui se heurtent en faisant un bruit particulier

 

Conserve : naviguer de conserve, naviguer ensemble

 

Corps-morts: chaînes et ancres disposées au fond de la mer, solidement ancrées, et qui reviennent au dessus de l’eau où elles sont portées par un corps flottant : coffre pour les gros navires ou bouée pour toute embarcation.

 

Couple :on se met « à couple » quand on accoste et qu’on s’amarre à une autre embarcation (là c’est facile, l’image est parlante).

 

Crépine : tôle perforée placée à l’entrée d’un tuyautage pour arrêter les saletés

 

Croisillon : petite bitte en forme de croix

 

Culer : marche arrière pour un bateau

D

Dalot : Trous pratiqués dans les ponts et laissant s’écouler dans un tuyau placé en dessous l’eau qui se trouve au dessus du pont

 

Dames : échancrures du plat-bord d’un canot garnies de cuivre et destinées à recevoir et à maintenir les avirons pendant la nage

 

Darse : bassin d’un port

 

Déborder: action de pousser au large son embarcation quand elle est accostée à un navire ou à un quai.

 

Débouquer : sortir d’un canal ou d’un chenal

 

Défense: tout objet suspendu contre le bord d’une embarcation pour la préserver des chocs, collisions et éraflures éventuelles (on parle sur les bateaux de pare-battages).

 

Déferler : larguer les rabans de ferlage qui tiennent une voile serrée et la laisser tomber sur ses cargues ou une vague qui se brise en s’enroulant sur elle même ou en choquant la plage.

 

Déhaler: déplacer un navire au moyen de ses amarres.

 

Dépaler: être dépalé c’est être porté par les courants, en dehors de la route que l’on doit suivre.

 

Déplacement: poids du volume d’eau déplacé par un navire qui flotte. Le déplacement s’exprime en tonnes de 1000 kg.

 

Déraper : déraper une ancre : l’arracher du fond

 

Dérive: différence entre le cap vrai et la route vraie du navire, sous l’effet du vent de la mer et du courant. Une embarcation qui dérive flotte au gré du vent, des vagues et courants.

 

Dépaler : être dépalé, être porté par les courants, en dehors de la route que l’on doit suivre

 

Dévirer : tourner en sens contraire

 

Drisse : cordage ou palan servant à hisser une vergue, une corne, une voile, un pavillon

 

Drosser : Entraîner hors de sa route par les vents et la mer

 

Dus d Albe : nom donné à plusieurs poteaux, réunis enfoncés dans le fond d’un bassin ou d’une rivière afin d’y capeler des amarres quand on déhale un bateau

 

partageons nos savoirs,si vous avez d’autres mots et définitions !